Accueil / Mode de Vie / Coup de pouce / Créer son entreprise, partie 1

Créer son entreprise, partie 1

Il n’est pas évident quand on est jeune (et même âgé) de se lancer dans la folle aventure de création ou de reprise d’entreprise. Je suis penché sur un projet depuis plus d’un an et j’ai entamé les démarches visant à ouvrir mon affaire cette semaine d’où ce premier billet d’une longue série où je raconterais où, quand et comment j’ai procédé dans l’espoir que cela puisse être utile à quelqu’un un jour.

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis déjà auto-entrepreneur en tant que profession libérale dans l’édition de journaux (webzine pour être exacte). Ici je cherche à ouvrir une vrai entreprise avec un local commercial et non un boulot qui se pratique depuis chez soi. Actuellement étant à peine au début de cette quête de création d’entreprise je resterais très discret sur ce que je souhaites ouvrir et son concept. Tout sera dévoilé quand j’aurais les clés en main 😉 (Pas envie qu’on me pique l’idée namého !).

Par où commencer ?

Moi je suis d’abord aller à Pôle-Emploi pour prendre rendez-vous avec quelqu’un histoire qu’on m’explique un peu ce qu’ils peuvent faire pour un jeunot qui souhaite devenir patron. Grossomerdo je me suis vite aperçu qu’il est tout bénéf d’être demandeur d’emploi car il y a pas mal de chose en place pour nous aider, voici lesquelles.

Tout d’abord il y a le dispositif ACCRE

L’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise (ACCRE) vise à encourager la création d’entreprise en accordant à certains bénéficiaires une exonération temporaire d’une partie des charges sociales, un accompagnement sur les premières années d’activité et une ouverture à d’autres aides financières.

Bien entendu il y a des conditions particulières pour accéder à ce dispositif je vous invites à regarder vite fait sur qwant.com.

Le dispositif NACRE

Le bénéficiaire de l’ACCRE est éligible au parcours NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise), qui permet notamment de bénéficier d’un accompagnement dans le cadre :

  • Du montage du projet : finalisation technique du dossier de création ou de reprise, étude du projet et anticipation des difficultés ;
  • De sa structuration financière : étude de la pertinence du projet et de son plan de financement, appui auprès des banques et pour obtenir des aides financières ;
  • Et du démarrage de l’entreprise : permet d’obtenir des réponses aux questions liées au démarrage de l’activité, d’anticiper les difficultés financières et d’être accompagné dans les choix liés au développement de l’entreprise.

Pour en bénéficier il faut conclure un contrat d’accompagnement avec un organisme spécifique. Il faut donc se rapprocher d’un organisme pour entrer dans le parcours NACRE.

Le maintien de l’ARE (allocations d’aide au retour à l’emploi)

Les personnes inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi qui sont indemnisées peuvent sous certaines conditions continuer à toucher les allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE) lorsqu’elles reprennent une activité non salariée suite à la création ou la reprise d’une entreprise.

L’aide à la reprise ou à la création d‘entreprise (ARCE)

L’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) consiste à obtenir le versement de 45% (taux en vigueur depuis le 1er avril 2015) des allocations restant dues en 2 versements espacés de 6 mois. Le premier versement intervient normalement :

  • à la date de création ou de reprise de l’entreprise,
  • à la date d’obtention de l’ACCRE si la demande est effectuée postérieurement.

Remarque : le taux de calcul de l’ARCE était de 50% au 1er janvier 2014 puis a été de nouveau baissé à 45% au 1er février 2014. A compter du 1er juillet 2014, il est repassé à 50%. Il s’établit de nouveau à 45% depuis le 1er avril 2015.

L’entrepreneur qui demande l’ARCE cesse d’être inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi.

Attention entre l’ARE et l’ARCE il faut vraiment bien y réfléchir, peser le pour et le contre avant de faire quoi que ce soit il est plus judicieux d’en parler avec un conseiller du Pôle-Emploi.

Voici quelques informations et conseils à prendre en compte :

  • L’option pour le versement sous forme de capital vous fait perdre votre statut de demandeur d’emploi ;
  • En comparant les montants cumulés que vous percevrez, le maintien de l’ARE est beaucoup plus avantageux que l’ARCE, sauf cas exceptionnel où le dirigeant prend une rémunération immédiatement et équivalent à son ancien salaire ;
  • En cas de maintien de l’ARE, l’étude du choix de la forme juridique de l’entreprise et de son régime fiscal est très importante ;
  • En optant pour le versement sous forme de capital, vous pouvez parallèlement prendre autant de rémunération que vous le souhaitez, cela n’aura aucun impact sur le versement, contrairement à l’option maintien de l’ARE ;
  • En optant pour le versement sous forme de capital, vous ne toucherez que 50% du reliquat des droits à l’ARE qu’il vous reste à la date du début d’activité ou à la date d’obtention de l’ACCRE si celle-ci est postérieure ;
  • Si vos apports personnels sont trop faibles pour financer votre projet, le versement sous forme de capital vous permet de recevoir à la création un quart du reliquat de vos droits à l’ARE ;
  • Lorsque vous optez pour le versement sous forme de capital et que vous apportez ensuite les fonds dans l’entreprise, vous ne toucherez plus d’allocations mensuelles pour faire face à vos dépenses personnelles.

Donc…

Personnellement j’entre dans le cadre du dispositif ACCRE, je me suis diriger vers Var-Initiative qui est membre du réseau National « Initiative France ». Var Initiative propose un dispositif d’accompagnement et de financement destiné aux porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre un business sur le département du Var.

Je suis donc aller chez eux bien entendu après avoir pris un rendez-vous sinon vous pouvez rebrousser chemin 😉 Petit Pouyo arrive bien sur de lui, j’ai un projet en tête, la gentille jeune femme ma accueilli dans son bureau et après lui avoir tout déballer… PAF !

Désolé monsieur mais nous nous occupons uniquement des porteurs de projet en phase 2.

Alors je lui ai demandé kékécé la phase 2 ? Et bien c’est tout simplement l’Appui au Financement du Projet. Là elle ma fourni un super catalogue, un guide pour être exacte avec un listing des acteurs qui accompagnent les porteurs de projet de création et de reprise d’entreprises tout en m’invitant à passer par la phase 1 pour commencer c’est à dire le Montage et Validation du Projet.

Direction vers la phase 1 alors !

J’ai donc fais le tour des organismes dans le département et j’ai choisi Axe – Centre d’affaires et de formation basé à Saint-Raphaël, ce week-end j’ai un premier rendez-vous pour une réunion d’information collective où ils vont sûrement étaler leur splitch et présenter leur organisme mais comme je suis à fond dans les recherches je sais de quoi il en ressort !

Axe gère donc la phase 1 des créateurs et repreneurs d’entreprise:

Phase 1 : Aide au montage du projet

  • Étude de faisabilité du projet
  • Assistance technique à l’aide des conseillers experts qui vous aident à élaborer un solide dossier pour présenter votre dossier aux financeurs
  • Assistance à la formalisation du projet
  • Formalités et calendrier

Admission après expertise par AXE
Durée de la phase : 4 mois maximum

Cette phase se présente sous deux grosses parties qui sont:

  1. Les bases de la gestion d’une entreprise individuelle ou société
  2. Les aides à la créations

En gros ils vont nous présenter les aspects juridiques, fiscaux et sociaux puis nous orienter vers les aides qui nous sont accessibles à savoir les dispositifs que j’ai cité tout en haut de l’article. Dès que c’est OK la phase 1 est validée et on entrera dans le vif du sujet, c’est à dire, la création d’un business plan, ainsi qu’une étude approfondie des aspects juridiques, fiscaux, commerciaux, sociaux et sur le droit du travail.

On pourra ensuite entamer la phase 2 mais ça ce sera pour une prochaine fois, merci de m’avoir lu jusqu’ici ! 😀

À Propos de Petit Pouyo

Maître incontesté de ce blog.

Peut vous intéresser

Achats sur internet à l’étranger: calcul des frais de douanes et taxes

Il est possible que le colis provenant de l’étranger subisse un dédouanement. En tant qu’acheteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *