Accueil / Mode de Vie / Coup de pouce / Donner une seconde vie à un netbook de 2010

Donner une seconde vie à un netbook de 2010

J’ai récupérer il y a quelques jours un Toshiba NB250-101, un netbook sorti en 2010 équipé de Windows 7. Autant vous dire que cette petite bécane ramait à mort et rendait son utilisation quasiment impossible, il a donc fallu trouver un moyen de lui redonner un peu de pep’s.

Petit tour de la bêbête

Le Toshiba NB250-101 est un netbook c’est à dire un ordinateur de très petite taille, aux performances plus faibles qu’un ultraportable classique (cf. Wikipedia), doté d’un écran de 10.1 pouces ce miniportable contient un disque dur de 160Go et d’une mémoire vive d’1 Go, pas féroce n’est ce pas ? 😉 À l’origine il est vendu avec Windows 7 Starter Edition… Pour pousser le tout il est équipé d’un processeur Intel Atom Pineview N455 qui supporte la DDR3, ah j’oubliais, c’est un 32bits.

Bref rien de bien transcendant (cc Córdula), je pense qu’à sa sortie c’était une belle acquisition qui devait faire ce qu’on lui demande sans trop de chichi pour 280€ neuf en tout cas bien mieux que dans l’état dans lequel je l’ai récupérer. Laisser pour mort au fin fond d’un tiroir du grenier chez mes parents car devenu trop inutilisable pour ma petite maman qui à préféré s’acheter un iPad Air à la place.

En effet au démarrage du netbook tout se lance en un clin d’œil mais ça c’est avant l’ouverture de la session Windows, s’en suit alors une réaction en chaîne de programme qui se lancent dès l’ouverture qui alourdit considérablement la bécane, sans compter Skype qui se fige en plein milieu de l’écran, eBay qui fait chier aussi, Windows Live Essentials (c’est pas une blague)… et pour couronner le tout McAfee qui s’affole car ça fait 3 ans que le bitoniau était éteint donc pas du tout à jour enfin bref une calamité cosmique !

À L’AIDEEEEEEEEEE

Personnellement on me prend pas la pine longtemps j’ai donc tout couper de force et suis parti à la quête d’une distribution Linux légère pour donner une seconde vie à ce netbook qui me servira peut-être d’ordi de secours dans le futur. Mon réflexe à été d’essayer Xubuntu mais c’est trop puissant et impossible à lancer dessus, après avoir parcouru la toile et sauter de forum en forum j’ai tester Lubuntu qui démarre sans aucuns pépins dessus mais à la longue est aussi trop puissant pour le Toshiba qui fini par se figer quelques fois comme à l’ouverture de Firefox par exemple.

Il existe pleins de distributions Linux plus ou moins légères mais les supports techniques en français se font rares et pour certains distro les supports anglais ne sont plus à jours depuis plusieurs années donc pas enfin de me prendre la tête à jouer l’Indiana Jones du cambouis tu vois alors après avoir lu les 3 articles de Frédéric Béziès qui a tenté il y a un an de jouer au docteur Frankenstein avec son Asus eeePC 1005 j’ai opté pour Debian.

Dé dé dé Débiannnnnnnnnnn

(titre à lire avec l’air de la symphonie n°5 de Beethoven)

En effet Debian est réputé pour pouvoir tourner sur de vieilles bécane, couplé avec XFCE un environnement rapide et léger. Je ne me suis jamais aventurer chez Debian, ayant toujours utiliser Ubuntu comme OS chez Linux j’avais un peu peur de sauter le pas mais le mode de fonctionnement reste quasiment identique à quelques commandes près dans un terminal.

Comme je n’ai pas vraiment envie de me prendre la tête surtout pour un ordinateur que j’utiliserais occasionnellement je suis tomber sur DFLinux qui basé sur Debian avec XFCE et quelques outils additionnels pour les débutants sur Debian de ce fait que l’OS est utilisable aussi bien par un môme de 6 ans que par un senior. L’avantage outre le fait de la simplicité d’utilisation c’est l’existence d’une communauté française très active Debian-Facile.

Fin de l’histoire et coup de pouce

J’ai galérer à virer Windows du netbook, en effet il était impossible de supprimer la partition où il était installer. Bien évidemment on peu pas virer Windows en passant par Windows (lol) d’ailleurs c’était mission impossible pour moi vu l’état de l’engin à l’ouverture de la session, ensuite j’ai balancer un live avec Lubuntu pour destroy la partition avec Gparted mais la aussi impossible de démonter la partition pour y faire quoi que ce soit….

Au final j’ai carrément télécharger l’ISO de Gparted pour le lancer en live sur le netbook, tonnerre de Brest ! Via cette solution la partition parasite à été éliminée avec succès. À partir de la on peu installer n’importe quel système d’exploitation sans aucuns soucis 🙂

 

À Propos de Petit Pouyo

Maître incontesté de ce blog.

Peut vous intéresser

Achats sur internet à l’étranger: calcul des frais de douanes et taxes

Il est possible que le colis provenant de l’étranger subisse un dédouanement. En tant qu’acheteur …

26 commentaires

  1. Salut !
    Merci pour cette article. J’ai du faire la même chose avec un PC du même genre.
    Mate ubuntu tourne pas trop mal. Il est probablement un peu plus puissant que le tiens je pense.
    Le problème de la partition Windows ne vient-il pas du fait que Windows n’a pas été éteint proprement ? J’ai souvent eu ce problème. Un propre shutdown de Windows me permet d’installer facilement une linux, en faisant un wipe sans problème de la partoche Windows.
    A bientôt, au plaisir de te lire.

    • Salut Andy,
      Oui en effet j’avais formater le disque dur et ré-installer W7 dessus mais après une mauvaise manip Windows avait bien été supprimé mais il restait quelques bribes sur le disque dur. J’avais donc accès au PC mais plus à Windows qui à dû être corrompue lors de mon essai de désinstallation. Enfin bref heureusement avec Gparted live j’ai pu corriger le tir 🙂

  2. Bizarre, un coup de umount et fdisk par dessus, aucune partition ne résiste. Sinon mettre un petit android-x86, c’est pas mal aussi pour un netbook.

  3. Connaissez-vous Voyager X8 ?
    C’est une Debian Jessie Xfce personnalisée, qui se veut bien plus « chaleureuse » et avec divers scripts utiles dans un panneau de bord supplémentaire. Puis d’autre pré-configurations bien utiles…
    C’est lon OS depuis 3 ans maintenant.

    Essayez-là !

    http://voyagerlive.org/index.php/live-voyager-8-debian-jessie/

  4. 1 Go de mémoire vive c’est pas glorieux.
    Plutôt que d’utiliser le SWAP, on peut compresser les fichiers sur la mémoire vive les moins utilisés. Pour ça, faut installer Zram !

  5. (mise à part l’histoire des PPA et des DEB). => ah ? les DEB et PPA ne fonctionne pas sur Debian ? premiere nouvelle -_-

  6. Si tu as la possibilité de récupérer une barrette de RAM (2 go ou plus) pour remplacer la barrette existante tu en ressentiras un certain confort. Après ça restera le processeur qui est limitant / faiblard.

  7. Pourquoi ne pas avoir utilisé une distro légère, comme Antix MX ?

  8. Bonjour,

    Pour supprimer la partition Windows avant d’installer le nouvel OS, peut-être y avait-il la possibilité d’utiliser cette commande ?
    sudo dd if=/dev/zero of=/dev/sda

    Je l’ai utilisée une fois… Bon, c’est une solution radicale mais ça avait bien fonctionné : https://kaadem.wordpress.com/2015/11/24/ubuntu-formater-un-disque-dur-et-mettre-tous-les-clusters-a-zero/

    • Coucou Ordinosor,
      Je ne connaissais pas cette commande, du coup j’étais passer par la version live-usb de Gparted pour réussir à supprimer la partition.

  9. J’ai installé une LMDE sur un eeePC de config similaire. Ce n’est pas super rapide mais mieux que le Windows (meme pas vérolé mais qui ramait bien).
    Passer à 2Go de RAM et à un ssd seraient le meilleur moyen de le rendre plus véloce.

    • LMDE c’est plus léger que Debian ou ça se vaut ?

      • Plus lourd que Debian + Xfce je pense surtout que j’avais pris la version Cinnamon. La LMDE Mate doit être assez proche de Debian.

        De toute façon, la LMDE, ce n’est qu’une Debian avec un environnement un peu plus à jour, un peu plus esthétique et quelques outils out of the box.

        Par contre, pour l’installation, j’avais eu le problème de l’écran trop petit ne permettant pas d’accéder aux boutons, je l’avais branché sur un écran externe pour passer outre.

  10. Article bien sympa.
    Je me permets de faire un retour d’expérience sur un matériel semblable : eeepc 1005 pe.
    Premières années : windows seven, puis rapidement, Lubuntu (LXDE Ubuntu). Il y a trois ans je suis passé sous Archlinux toujours LXDE.
    Depuis quelques jours, je suis passé tous Ubuntu Server. Cela me permet de centraliser pas mal d’applications de mon domicile (download, gestions de photos, streaming audio, etc,etc…).
    Ce pc initialement pourvu de 1 go de ram était passé à 2 au bout de quelques semaines après son achat. Je voulais le passer à 4 dernièrement mais j’ai vu que la carte mère ne le permettait pas 🙁

    • Pas bête l’idée d’en fait un serveur ! Et malheureusement oui en général on peu pas aller au dessus des 2go de ram c’est bien dommage.
      J’ai voulu tester android x86 dessus mais impossible de le faire booter sur le netbook…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *